Mardi  4 février 2020. 19h30
Maison des associations
181 avenue Dausmenil. Paris 12 ième

A l’initiative de Décroissance île de France.
Présentation par Alain Véronèse


La décroissance du temps de travail dans une économie économe

« Nous nous dirigeons vers une société
  de travailleurs sans travail. On ne peut
rien imaginer de pire. »
Hannah Arendt.

En 1930, J.-M. Keynes prévoyait, préconisait la semaine de travail de 15 h pour les années 2000.
De nos jours, Serge Latouche plaide pour « une réduction féroce du  temps de travail ».
Et, une auto-limitation de la consommation.
C’est bien dans un sens totalement opposé que nous mène le libéralisme cynique, le thatcherisme sadique de Monsieur Macron et de ses amis milliardaires qui tant au niveau de la semaine, du mois et de la vie (retraites) posent l’exigence autoritaire du travail sans fin.
Pourtant, avec l’automatisation (quasi) complète de la production une nouvelle explosion d’insolvabilité se prépare… », déclarait Bill Gate en 2014.
Travailler 2 h par jour, comme le propose Daniel Tanuro (après le collectif Adret), dans une économie économe tant du travail humain que de l’énergie et des matières premières, une option raisonnable pour échapper aux catastrophes climatiques et sociales ?
En terminer avec l’abondance jetable et lui préférer des valeurs d’usage durables, pour remettre le travail à sa place : marginale.
Ça se discute. Discutons.
                                                                                                                                      
*