Macron est allé en visite officielle au Burkina-Faso, outre des manifestations et des jets de pierres contre la délégation française, il a du faire face à quelques questions très directes des étudiants  burkinabé.

Pour Thomas Borrel, porte-parole de Survie, « durant son discours fleuve, Emmanuel Macron a volontairement éludé certains aspects essentiels de la politique franco-africaine comme le franc CFA ou la coopération militaire avec des dictatures, promu le rôle du secteur privé français et défendu une posture de prétendue neutralité vis-à-vis des dirigeants illégitimes qui s’accrochent au pouvoir."

Il a aussi  "reconnu à demi-mot la responsabilité française dans l’effondrement de la Libye, et s’est dit favorable à la déclassification des archives françaises sur l’assassinat de Thomas Sankara - mais sans évoquer une possible commission rogatoire pour que l’instruction ait lieu parallèlement en France, ce qui est pourtant la demande des juges burkinabè."

Décroissance idf aussi aimerait bien savoir quelle fut le rôle de la France dans l'assassinat de Thomas Sankara, et s'insurge contre cette continuité de la politique française en Afrique. Depuis au moins le 17ème siècle, on fait là-bas ce qu'on s'interdit ici : esclavagisme autrefois, assassinat ou complicité d'assassinat aujourd'hui.

Décroissance idf