« Certaines époques ont montré qu’elles croyaient fortement dans la puissance de la pensée critique. Ce fut le cas pour celle de l’empereur chinois Ts’in Che Hoang Ti, qui organisa le premier autodafé de livres, et celle qui envoya au bûcher Bruno et Vanini. {…} Notre époque, au contraire, a tenu ses penseurs, non sans raison, pour des gens totalement inoffensifs. Plus d’un qui s’est prétendu ennemi juré du monde existant a été accueilli à bras ouverts dans les universités ou à la télévision, dans un élan d’amour réciproque. Parmi les rares personnes considérées comme tout à fait inacceptables, on trouve assurément Guy Debord. Pendant longtemps, c’est plutôt la police qui s’est intéressée à lui… » Anselm Jappe