Le fait qu’en France un banquier soutenu par Rothschild se dispute le trône avec Marine Le Pen en dit long sur la décadence européenne, ou plutôt occidentale, qui ne nous laisserait plus le choix qu’entre le noir et le gris. Gandhi, quelques heures avant d’être assassiné, avait exprimé ne plus vouloir vivre dans « ce monde qui plongeait dans l’obscurité ». Le comble de l’obscurité, c’est d’y voir la lumière et de ne plus admettre qu’on s’y perd. Dans le dramatique cas des élections françaises, c’est encore plus inquiétant, car c’est l’obscurité même – Le Pen – qui éclairerait celui que rien n’illumine – Macron.

 

Par la grâce de la comparaison, ce qui aurait été inacceptable dans un certain contexte, devient tolérable dans un autre. On ne vote plus « pour », on vote « contre », est le sophisme en vigueur. Mais faudra-t-il admettre qu’en votant « contre » on vote, quoi qu’on y fasse, « pour » ; que donner sa faveur à ce qui ne serait pas « extrême » nous fait oublier que celui qu’on plébiscitera est « extrémiste » aussi, dans le sens qu’en donne le philosophe Alain Deneault, que nous avions rencontré : « À tort, on a associé l’extrémisme en politique à la position du curseur sur l’axe gauche-droite. Alors que l’extrémisme, au sens moral, renvoie beaucoup plus à une attitude qui consiste à être intolérant à ce qui n’est pas soi. L’extrême centre consiste à être intolérant envers tout ce qui ne s’insère pas dans ce paramétrage finalement très étroit de l’ordre du jour du programme oligarchique. C’est un centre qui a peu à voir avec l’axe politique gauche-droite, dans le sens où c’est un centre qui vise moins à se situer sur cet axe qu’à l’abolir, et à présenter une vision des choses comme étant la seule valable(1). L’extrême centre c’est donc ne tolérer rien d’autre que ce discours-là qui se présente arbitrairement comme relevant du centre. Ce centre qui se nomme ainsi parce qu’il ne va pas se dire radical, destructeur, impérialiste, et violent par bien des aspects. Mais il se présente au contraire comme étant pondéré, comme étant pragmatique, comme étant normal, comme étant vrai, juste, équilibré, comme étant raisonnable, rationnel et ainsi de suite. Toutes ces épithètes, toutes ces présomptions, ces revendications, ces qualificatifs, visent à faire passer pour coulant de source, et au fond exclusif du point de vue de la bonne conduite de la raison, un discours qui est en réalité extrémiste, violent, cruel, destructeur et aveugle, se résumant aux quelques points : plus d’argent pour l’oligarchie, moins de droits pour ceux qui n’en font pas partie »(2). Macron, bien évidemment, ne fait pas exception à cette description : sa politique est impérialiste, destructrice, raciste, radicalement inégale en favorisant la fortune de la minorité et en aggravant la fracture entre cette oligarchie minoritaire et une majorité(3) qui n’en finit pas de supporter ces politiques extrémistes qui les excluent.
 
Mais plus que le duel dont les médias nous gavent comme des oies du Périgord, c’est l’injonction normalisée à voter « bien », donc « contre », qui domine les joutes médiatiques. Celle qui serait ainsi le plus à l’opposé du système, hors-norme, jouera le rôle parfait du «mal qui définit le bien». Car étant soi-disant moins mauvais, Macron serait d’emblée mieux, et donc bien… Nous savons pourtant que pris dans l’absolu, c’est-à-dire sans le comparer à la candidate du FN, Emmanuel Macron n’est que spectacle, celui de la pantomime démocratique, valet des puissants, Rothschild et confrères, qui articuleront ses bras et sa tête, à l’instar de Hollande, pour lui donner la direction à prendre : celle qui assurera la perpétuation de leur enrichissement, et du sien. Il va donc de soi que la nature, l’égalité, le respect de la souveraineté des peuples non occidentaux, la lutte contre la richesse indécente, les paradis fiscaux, etc. seront des domaines désertés et inconnus du nouvel homme de paille du grand capital.
 
Celui qui a dit : « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires », promeut le high-tech, la croissance, le travail dérégulé, avait orchestré alors qu’il était banquier chez Rothschild, le rachat des laits infantiles de Pfizer par Nestlé, face à Danone, pour une transaction évaluée à neuf milliards d’euros, dont il touchera une partie qui le mettra « à l’abri du besoin jusqu’à la fin de ses jours ». Placé à la tête de l’État, il continuera à œuvrer pour les mêmes – les banquiers –, lui qui comme eux et les grosses fortunes, touchera la majorité de ses revenus du capital et non du travail, qu’il survalorise pourtant (il faut bien qu’il fasse croire que c’est le travail qui génère ses revenus...). Il affiche et affichera donc un complet désintérêt pour la question de la répartition des richesses, mais aussi de ce qui devrait être inéluctable : la réduction de la production et de la consommation, seul gage d’assurer l’avenir de l’humanité sur terre. On ne se soucie guère du bien-être collectif et de la nature quand on gagne en 13 années 3,6 millions d’euros (l’équivalent de 23 000 euros par mois), avec un plafond de 2,5 millions d’euros en 2011 et 2012, soit 105 000 euros par mois(4). Quand on est « scandaleusement riche », on se complaît des scandaleusement pauvres… Quand on adore la croissance, on aime la pollution, la mort, les cancers, l’exploitation du Sud.
 

L’antifascisme : une arme de classe

La décadence est amorcée et on ne l’arrêtera qu’en refusant de participer au jeu, celui qui demeure car nous en acceptons les règles. Ne demandons plus de choisir entre le pire et le pire. Les mêmes qui en appellent à la « mesure » s’étonneront de la démesure que ce nouveau quinquennat aura créée, et du succès plus grand qu’il donnera au FN pour lequel, en cinq ans, il aura généré quelques millions d’électeurs supplémentaires, issus des classes populaires que les politiques macroniennes ravageront encore plus. Bourgeois bien-pensants, ils n’osent nommer la « France d’en bas », celle-là même qui est totalement absente des considérations des acteurs politiques, sauf sous les traits de la tromperie. À qui s’intéresse le banquier Macron quand il parle de la France ? Aux milliardaires ou aux classes populaires ? Et l’héritière Marine Le Pen ? Au peuple pensez-vous ? Elle n’en a cure et joue sur des repères identitaires et des peurs, souffrances et perditions générées par la mondialisation qu’elle s’emploiera à continuer dès lors qu’elle sera en place.

Sauf que le FN, parti qui récolte les votes des dégoûtés, est l’instrument du pouvoir politico-médiatique qui s’assure que « leur » candidat passera, avec leurs idées, les mêmes. Il est leur ennemi nécessaire, celui dont ils font la promotion à longueur de temps, l’épouvantail qui fait oublier le véritable ennemi que l’oligarchie combat derrière le FN : les classes populaires! « Car le problème est que ce n’est pas le front national qui influence les classes populaires, mais l’inverse. Le FN n’est qu’un symptôme d’un refus radical des classes populaires du modèle mondialisé. L’antifascisme de salon ne vise pas le FN, mais l’ensemble des classes populaires qu’il convient de fasciser afin de délégitimer leur diagnostic, un "diagnostic d’en bas" qu’on appelle "populisme". Cette désignation laisse entendre que les plus modestes n’ont pas les capacités d’analyser les effets de la mondialisation sur le quotidien et qu’elles sont aisément manipulables » (5).

Macron-Le Pen, les deux faces d’une même pièce, binôme généré par plus de trois décennies de libéralisme sauvage, dérégulations, privatisations, souveraineté délaissée à une Commission européenne dont le président actuel symbolise à lui seul la caste qu’elle sert. « Réalistes », arrêtez donc d’assimiler à Le Pen ceux qui refusent de dire qu’il faut voter Macron, ou alors faites-le seulement si vous acceptez d’assimiler à Macron ceux qui refusent de dire qu’il faut voter Le Pen. Car les Le Pen et autres ne sont que le fruit d’une longue casse sociale orchestrée notamment par la gauche de gouvernement, qui, avec la droite, avaient, une fois généré le « monstre », bien besoin de lui pour se parer de la vertu. Leur vertu n’est pourtant que le masque derrière le vice, vice qui est le même que celui de leur faux ennemi (l’extrême droite) : racisme, impérialisme, oligarchie, destruction sociale. Mais ils se gargarisent maintenant, assimilant à l’ « extrême droite » les « extrêmes gauches » qui refusent de se prononcer sur le « vote utile », balayant du même coup les idées de partage et d’égalité dont elles sont souvent porteuses. De ce fait, « véritable arme de classe, l’antifascisme présente en effet un intérêt majeur. Il confère une supériorité morale à des élites délégitimées en réduisant toute critique des effets de la mondialisation à une dérive fasciste ou raciste » (6). En se battant soi-disant contre le fascisme, ils luttent surtout pour les bienfaits de la mondialisation débridée et de la compétition de tous contre tous, dont eux tirent surtout profit.
 
En Marche, vers la démesure pour les milliardaires, l’illusion de le devenir pour la majorité patiente. En Marche vers l’antifascisme de l’oligarchie, la « résistance » antiraciste des élites, platement suivies par ceux qu’elle domine. De « Bernard-Henri Lévy à Pierre Bergé, des médias (contrôlés par des multinationales), du Medef aux entreprises du CAC 40, de Hollywood à Canal Plus, l’ensemble de la classe dominante se lance dans la résistance de salon . » (7)
 
Ibid, p. 172.. Cet antifascisme, rengaine perpétuelle naissant sur les cendres d’un fascisme qu’elle sacralise en convoquant sans cesse son risque de résurgence, contient pourtant un danger bien plus grand que celui de voir l’improbable retour des démons : celui de ne pas reconnaître le fascisme du système présent, celui des banquiers et patrons, des médias qui leur appartiennent, du CAC 40 et des paradis fiscaux, qui divisent, appauvrissent et tuent.
 
En Marche vers la croissance, celle qui détruit tout, et qui, si on ne l’arrête pas, verra la nature reprendre ses droits et nous stopper.
 
À ce moment, choisir entre Macron et Le Pen nous paraîtra bien dérisoire, et nous laissera ce goût amer que l’alternative était ailleurs que là où nous voulions bien la voir.
 
Alexandre Penasse
  1. Et même la seule possible.
  2. Voir « La production de la médiocrité », Kairos avril-mai 2017, ou la vidéo http://www.kairospresse.be/article/rencontre-avec-alain-deneault
  3. Dont s’exclut peu ou prou la franche moyenne et haute de la classe moyenne, en porte-à-faux avec la classe bourgeoise et les possédants, qu’elle souhaite rejoindre.
  4. https://www.les-crises.fr/macron-36-millions-deuros-de-revenus-cumules-patrimoine-negatif.
  5. Christophe Guilluy, Le crépuscule de la France d’en haut, Flammarion, 2016, p. 174
  6. Ibid., p. 173.
  7. Ibid, p. 172.