La décroissance en quelques lignes et quelques principes

 

La décroissance est (en France) un mouvement composé de diverses tendances dont on peut avoir un aperçu à partir des liens ci-dessous :

 

Genealogie-decroissance-politique1bd

 

L'historique des mouvements et partis de la décroissance

Une présentation brève de cette histoire dans un article du Monde diplomatique (2009)

escargot_OC_b

 

Qu'est-ce-que le MOC ?

 

logo_PPLD-_l

 

Qu'est-ce-que le PPLD ?

 

journal_pe

 

Un historique établit par Vincent Cheynet (La décroissance)

 

Par delà ces tendances un certain nombre de principes peuvent être dégagés dont on aura un aperçu à partir des liens suivants :

 

Le vademecum des objecteurs de croissance québécois

La plateforme de convergence des mouvements décroissants (2009)

Les grandes lignes politiques du MOC

Des ressources en ligne sur le site du PPLD

Une série de vidéos d'entretiens

Un texte de Vincent Cheynet sur les principes de la décroissance

 

 

 

Penser la décroissance - Textes et conférences

 

Collection les précurseurs de la décroissance

Deux nouveaux titres paraissent à la fin du mois d'avril au sein de cette collection qui se propose de revenir sur les sources idéologiques et historiques d ela décroissance. Après Ellul, Fourier et Del Vasto, Cornelius Castoriadis ou l’autonomie radicale présenté par Serge Latouche et André Gorz pour une pensée de l’écosocialisme présenté par Françoise Gollain.

présentation de la collection par S. Latouche :

« S’intéresser aux précurseurs de la décroissance permet de découvrir que le projet que recouvre ce slogan provocateur a une longue, voire une très longue histoire. Qu’il s’agit d’une vison riche et diversifiée et pas du tout monolithique, dogmatique ou sectaire. Que les « objecteurs de croissance » ne sont pas des marginaux, mais qu’au contraire c’est la croissance et ses thuriféraires qui représentent une parenthèse tant dans l’histoire de l’humanité que de la réflexion sociologique et philosophique. Si le terme de « décroissance », lancé pour dénoncer l’imposture du développement durable, est d’un usage très récent dans le débat économique, politique et social, l’origine des idées que le mouvement des « objecteurs de croissance » véhicule possède une histoire et des racines culturelles manifestement plus anciennes. Face au triomphe de l’ultralibéralisme et de la proclamation arrogante du fameux TINA (there is no alternative) de Margaret Thatcher, et après l’éclipse de l’écologie politique du fait de la résilience du productivisme et du glissement des verts de l’écologisme de combat à l’environnementalisme de gestion, il est urgent non seulement d’opposer un autre projet de civilisation, mais encore de donner une visibilité à un dessein en gestation depuis longtemps, mais qui cheminait de façon souterraine. Revenir sur les sources proches ou lointaines du projet de construction d’une société d’abondance frugale est une juste reconnaissance de dette et une source d’enrichissement. Cela apporte légitimité au projet de la décroissance et lui donne une plus grande profondeur. »

le site de l'éditeur : http://lepassagerclandestin.fr/catalogue/les-precurseurs-de-la-decroissance.html

 

 

 

 

 

Nicholas Georgescu-Roegen

 

 

Les écrits de Georgescu-Roegen et le texte de La Décroissance.  Entropie, écologie, économie, 1979.

 

 

 

Jacques Grinevald - entretien

 

grinevald

 

Les écrits de Jacques Grinevald

 

 

 

La Décroissance pour tous

Nicolas Ridoux, La Décroissance pour tous,Parangon, 160 pages

Si ce livre vous permet de découvrir « tout ce que vous voulez savoir sur la décroissance sans jamais avoir osé le demander », vous n’en ressortirez pas indemne d’une profonde transformation de votre vision du monde.
Et s’il ne vous apprend que peu par rapport à ce que vous savez déjà, il vous sera d’une grande utilité pédagogique pour convaincre votre entourage, vos amis et les cercles militants que vous fréquentez.
Que demander de plus à un petit ouvrage « simple et accessible », comme nous l’a modestement présenté son auteur ?
Mérite pédagogique, disions-nous, qui balaie méthodiquement, et avec l’air de ne pas y toucher, tous les champs de connaissances et de pratiques : matérielles, psychologiques, sociales, économiques, techniques, poétiques et politiques, en allant du pourquoi au comment, de l’état des lieux, des causes de cet état à l’exploration de pistes concrètes pour en sortir et pour s’en sortir. Sortir et s’en sortir de quoi ? Vous le saurez après avoir refermé ce livre.

Une conférence de Nicolas Ridoux