« Ces 15 dernières années, l’histoire a été la même chaque année : la consommation individuelle – résidence, voiture privée, etc. – ne représente jamais plus d’1/4 de la consommation totale d’énergie ; la grande majorité vient du commerce, de l’industrie, des entreprises, de l’agro-industrie et du gouvernement [il a oublié l’armée]. Alors, même si on se mettait tous à rouler à vélo et à se chauffer au bois, ça n’aurait qu’un impact négligeable sur l’utilisation de l’énergie, le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique. »

Kirkpatrick SALE

La simplicité volontaire c'est beau, mais en fait la seule solution pour réduire notre empreinte biosphérique réside dans l'arrêt de nombreuses productions : le nucléaire, les automobiles, les pesticides, etc...et dans des réalisations collectives.

Banalité qu'il est bon de rappeler

 

et c'est sans doute ce qui distingue la décroissance des autres mouvements antiindustriels.

 

jluc pasquinet