oignon vertu

Les jardiniers amateurs connaissent bien l’oignon jaune paille des Vertus et le navet marteau blanc du même nom. Ces deux stars du potager tirent leur nom d’une plaine située à quelques kilomètres du centre de Paris, la plaine des Vertus située sur les communes actuelles de La Courneuve et d’Aubervilliers. Les terres naturellement humides y favorisent le développement depuis le Moyen-Age d’une culture légumière qui nourrit une grande partie de la population parisienne. Jusque dans les dernières décennies du XIXe siècle elle est une des plus grandes plaines maraichères du pays. Les maraichers parisiens repoussés par l’urbanisation y installent des exploitations prospères. On compte sur les mille hectares de la plaine cinq cents ménages paysans qui produisent les légumes du quotidien parisien : chou, navet, poireau. Des milliers de chevaux également qui permettent de conduire ces tonnes de légumes vers les Halles parisiennes et de ramener les boues d’aisance de la capitale vers les terres de banlieue.

Grandela courneuve

Trois facteurs vont mettre fin à cette suprématie : la concurrence interne à la région d’abord – celle des plaines de l’ouest parisien – la croissance urbaine qui s’accélère dans la banlieue dans la première moitié du XXe siècle (la construction de la cité des 4000 débute en 1956), l’implantation d’établissements industriels chimiques, l’ouverture du MIN de Rungis en 1969. A l’heure actuelle la production maraichère de l’ensemble du département se concentre sur quelques entreprises.

 

Moyenne

Source Jean Michel Roy, historien, responsable de l'Unité Patrimoine et Arts Visuels de La Courneuve.