> Réunion du Collectif Francilien pour la Décroissance -samedi 19 mai  15h15 Hélicon.
 
 
Présents : Jean-françois Latour, Jean-Luc Pasquinet, Régis Rolles, Jonathan Rebouillat, Rémi Schnebelin,
 Jonathan Rault, Lucia Trejos, Christian Ghiotti, Alain Véronèse

La réunion a commencé autour de la question de l’appellation de l’association que nous voulons déclarer.
 « Paris pour la décroissance » est proposé, le « pour » est diversement apprécié.
Sont abordées des questions de fond autour de la décroissance et de ses enjeux (tendre vers une 
empreinte écologique de 1 pour les français par exemple ; le rééquilibrage nord-sur en terme de
 production des déchets ; le déferlement technologique et la finalité de la technologie sur lesquels insiste Pasquinet).
La question de l’immigration et de l’objection de croissance est abordée. 
La question centrale : comment militer ? QUE FAIRE ? est articulée directement avec la campagne des législatives. 
Nous sommes peu nombreux et les enjeux sont vitaux. Rolles insiste sur la nécessité de pouvoir décliner 
politiquement et socialement la question de l’objection de croissance. Ce qui revient à pouvoir  répondre à tous.
Il est bien dit à la réunion que la décroissance est un projet politique global : à terme, nous sommes ici pour
organiser et préparer une rupture, non pas une alternance, mais l’alternative.
 
Après confrontation et échange autour de nos documents officiels de campagne nous avons abordé l’organisation
 de la campagne et projets proposés (un seul d’entre nous se présente sous la plateforme de convergence PPLD-MOC).
 
1) se dégage l’idée qu'il faut essayer de convaincre un maximum 
de sympathisants de EE-Les Verts, que leur projet n'est pas cohérent.
Y compris par des actions et un discours offensifs car ils  les plus à même de nous rejoindre.
Nous l’avons bien vu quand nous avons distribué des tracts et rencontré des militants il y a quelques semaines
(excellent accueil des militants de base écolo !) pendant la campagne du premier tour des présidentielles,
au meeting d’Eva Joly au Cirque d’Hiver. 
Annihiler leur crédibilité ; si possible de provoquer leur scission. Les uns se regroupant autour de Cochet,
 véritable objecteur de croissance ; les autres rejoignant le MODEM, comme certains l'on déjà fait (Eva Joly devrait déjà y être!).
Histoire de clarifier la question de l'écologie politique en France. Ainsi, Régis Rolles va avoir la chance de se
$confronter à Duflot dans sa circonscription.
 
Pour Rollès, l’objection de croissance est irrécupérable, non miscible dans aucune idéologie. Pour d’autres, elle est se 
situe à l’articulation de l’écologique et de la question sociale. Tout le monde est d’accord à la réunion sur le fait que
toutes les énergies, tous les volontarismes, toutes les qualités morales de tous les hommes (et femmes) seront
 nécessaires. C’est qu’il y a consensus parmi nous (et parmi les dirigeants de ce monde d’ailleurs) sur la certitude de
 la catastrophe qui vient (à commencer par des famines, les premières sans doute en Afrique – voir le cas dramatique
du Nigéria rappelé par Rollès).  Mais de là à aller tracter à l’UMP … nous sommes trop loin de leurs idées, de leurs pratiques.
 Ne confondons pas l’électorat et les partis politiques. Il est clair que dans le niveau 2 de la décroissance
(société civile : écoréseaux, amap, réunions d’informations, villes en transition…) toutes les énergies sont les bienvenues,
il n’y a pas d’ostracisme politique.
 
Nous pensons que l’efficacité politique doit nous entraîner sur les évènement d’EELV. 
2) éventuellement un pique-nique qui ferait office de réunion publique
3) il est envisagé de rédiger un communiqué de presse, de transmettre celui-ci, avec une liste
 des candidats (franciliens, ou France) à Hervé Kempf, Laure Noualhat, Nicolas Hulot, Jean Luc Porquet, Fabrice Nicollino)
> JL Pasquinet s'y colle, avec J F Latour ; T Brulavoine qui apparemment a eu la même idée (concertation possible ?)

URGENT : 
 

> - sur les évènements d'EELV  VOIR leur site, chaque candidat fait des mini-réunions dans sa circonscription  

en regardant sur le site pour chaque candidat individuellement (peut-être meeting global parisien ?)